3

Atelier écriture-slam

Les samedi 20 février et vendredi 18 mars, Dolorès nous a proposé un atelier écriture-slam.

Voici l’un des textes écrits pendant ces ateliers riches, drôles, déstabilisants, et allant au coeur de nous-même, dans notre créativité, dans le souffle des mots.  Celui de Jean-Luc, qui parle de l’atelier lui-même et de ce qu’il a ressenti ce soir-là.

“Maison pour tous, deuxième fois que j’me pousse,
atelier d’écriture, ouf je tousse,
sister Dolores n’est pas rousse,
mais qu’est-ce qu’elle booste !
le curseur du volume elle pousse,
avec elle faut qu’les idées ça mousse,
soeur Douleur n’a même pas peur,
on est ici comme frère, et soeurs …
des paroles en vrac, on sera vainqueur,
du rythme sans trac, c’est qu’du bonheur,
à quoi ça tient à quoi ça rime, j’me sens bien à dire du slam,
je kiffe grave à ne pas parler islam,
j’aime autant qu’à jouer aux dames,
j’en vois déjà qui se pâment,
mais non mais non pas de brâme,
même pas quand y’a l’ordi qui rame,
alors si sam’ suffit, mais où est Sam,
c’est pas le cousin d’Abraham,
celui qui dans l’désert a laissé son âme,
et j’veux pas entendre de blâme,
que je parle, hurle ou clame !
ch’uis grand et très gourmand,
et les paroles et les mots sont un océan,
aussi vaste que les étoiles au firmament,
j’exulte,  j’me catapulte, je rentre dedans,
comme à la boxe, en prendre plein les dents,
mon esprit est en ébullition, c’est éblouissant,
maintenant c’est Devos que j’comprends,
sa logorrhée verbale coulant éternellement,
me mets en transe littéralement,
le chaos des idées est un aimant,
et après cette orgie de mots et de mets
je n’oublierai jamais le goût d’aimer !!!”
Merci à Jean-Luc pour ce partage de texte, merci à toutes et tous les participants à l’atelier, et surtout un très grand MERCI à Dolorès sans laquelle nous n’aurions pas pu vivre cela. Aller au coeur de nous-même par l’écriture, dans la Rencontre avec l’autre.
Marion

Comments(3)

  1. Reply
    jean luc says

    j’ai eu le plaisir de découvrir que le slam pouvait être un support rapide et ludique de libérer un “flow” de mots, des beaux et des moins beaux, mais jamais de trop car tous pouvant raconter une histoire, voire de parler de sujets qu’ on n’ose pas toujours aborder en public. oui le slam est “d’utilité publique” !

  2. Reply
    Dolores says

    Pour moi l’animatrice c’est du bonheur . de la participation de
    chacun, chacunes. Dans l’esprit et la bonne humeur, de l’écriture.

  3. Reply
    sylvie says

    Absolument excellent ! Quel talent !!!

Post a comment